Assurance-vie, le contrat d’épargne par excellence

En réalité, le contrat d’assurance-vie n’est pas vraiment une assurance. En effet, derrière son nom qui peut être trompeur se cache un autre fonctionnement qui n’a absolument rien à voir avec le système des assurances. En réalité, il s’agit d’un placement financier qui va vous être proposé par une compagnie d’assurance. Le principe est que vous lui confiez une partie de votre argent et que cela puisse vous rapporter des revenus, sous la forme d’intérêts, qui s’ajouteront ainsi à votre capital de départ.

En cas de décès, l’épargne, c’est-à-dire le capital de départ et la rémunération qui en a découlé, sera versée aux bénéficiaires que vous aurez au préalable désignés, et c’est sûrement la raison pour laquelle l’assurance-vie est souvent confondue avec l’assurance décès. Mais au-delà de ce trait commun, il n’y a absolument aucune similitude entre le contrat d’assurance-vie, qui ressemble donc davantage à un contrat d’épargne, et le contrat de décès, qui consiste à effectuer des cotisations pour constituer un capital qui sera versé à des bénéficiaires au moment de votre mort.

Quelles différences entre les supports existants ?

Il est tout à fait possible, dans le cadre d’un contrat d’assurance-vie, d’investir dans un support qui puisse garantir votre capital, mais avec une rémunération moins intéressante. C’est ce que l’on appelle le fonds en euros. D’autre part, il est aussi possible d’investir dans les unités de compte, qui sont des supports plus variés mais également plus risqués, comme par exemple les actions sur les marchés financiers ou encore dans l’immobilier. Actuellement, le gouvernement fait le forcing afin d’aider les compagnies d’assurances à convaincre leurs clients de transformer leur contrat en euros en contrat en unités de compte, mais étant donné le risque qui est associé à ces derniers, bien qu’ils puissent délivrer une rémunération supérieure, ils ont encore du mal à convaincre les français.

Les plateformes de Crowdlending, qu’est-ce que c’est ?

Alors qu’aujourd’hui tout le monde ou presque connaît les plateformes de crowdfunding, il est en train de se développer une nouvelle manière d’utiliser l’économie collaborative, à travers les prêts entre particuliers qui sont appelés crowdlending. En effet, une nouvelle plateforme est sortie récemment et celle-ci ne propose ni plus ni moins que de mettre en place un système pour permettre à des particuliers de pouvoir se prêter de l’argent entre eux. Au final, le principe est identique à celui réalisé dans le cadre d’un prêt participatif à destination d’une PME.

Cette initiative est à saluer dans la mesure où elle vient répondre à un besoin de financement de plus en plus important et qui est de plus en plus difficile à obtenir pour les particuliers. En effet, les banques ont tendance à restreindre de manière très importante leurs conditions pour obtenir un prêt, qu’il s’agisse d’un prêt moto, d’d’un prêt auto ou de n’importe quel prêt à la consommation que pourrait délivrer une banque.

Cette initiative va sûrement se multiplier à l’avenir, à mesure que l’économie collaborative va se développer. Aussi, la démarche du premier établissement de crédits entre particuliers, Younited Credit, risque de faire des émules, au grand dam des banques en ligne telles que Fortuneo qui, bien que proposant des contrats variés comme l’assurance-vie, l’épargne, le crédit ou la bourse, se voient littéralement dépassées par les possibilités et la simplicité qui caractérisent les plateformes liées à l’économie collaborative.